La sophrologie et la créativité

Travail réalisé pour l’Association des amis de l’École d’Art du Beauvaisis

1 Cours des arts 60000 Beauvais (2014-2015)

Le
propos de l’atelier Sophrologie proposé aux adhérents de l’Association
des amis de l’École d’art du Beauvaisis était de catalyser la
créativité, en la rendant plus consciente, et d’installer le regard
intérieur pour permettre la contemplation de son potentiel créatif, et
la contemplation d’oeuvre de façon consciente, sans passer par les
différents prismes de l’intellectualisation, de la critique et de la
mentalisation.

Les différents axes de progressions abordées par le protocole étaient
les suivants : l’attention à la respiration, au corps, pour se sentir
contenu et contenant, les fondations affectives de l’individu, la
perception objective du monde et enfin l’étirement de la conscience et
la contemplation, la levée des barrières mentales et le désir même de
création. Par l’exercice assidu de la Sophrologie, les pratiquants ont
crée en répondant à une question.

Comment vous ressentez vous depuis que vous pratiquez la Sophrologie ?

des Amis de l’École d’art du Beauvais.

Transparence d’un retour conscient.

Chaque page est un calque qui fait vivre le chemin de l’attention au travers du corps. Les découvertes liées et la dissolution des obstacles.

Lien essentiel entre toutes choses.

Lien de lin, plusieurs parties de la plante utilisées pour l’élaboration de l’œuvre.

L’académie de la contemplation.

Cortège de Médecins se préparant à
observer une dissection. Mâchoires de lapin. Détournement du Rembrandt
« La leçon d’anatomie du Docteur Tulp » Sous verre.

Désir brûlant d’exister.

Morceaux de papier brûlés superposés.
Citation du T.B. Jelloun « J’ai vu l’aube pâlir quand le matin a glissé
dans la transparences du désir. Le sable inespéré s’est mêlé au dire
confus. Tout dire. Quand le tout est un vol incendiaire.  »

L’impact de l’attention.

La plasticité cérébrale et l’évolution de la forme du cerveau au cours des séances. Travail de textures et de volumes.

Être enchevêtré de conscience.

Miniature de hérisson. Chaque épine est douce et est un lien vers la spiritualité et l’interdépendance de la conscience.

Impermanence au cours du chemin

Une botte d’enfant recouverte d’écorces d’agrumes.

Grimoire aux secrets grimés.

Comme un livre pour enfants, dans le quel une languette découvre une surprise, ce livre est plein de secrets, de pensées sur l’être, la sérénité consciemment perçue et un autre petit livre y est caché au cœur du premier, renfermant une plus grande intimité. Le reste des pages est un agenda.

Œuvres réalisées par les adhérents à l’association

Les titres des œuvres sont des propositions faites en fonction des besoins
de la Sophrologie, comme des leçons à tirer à partir de l’exercice de la
méthode, mais aussi à partir de la contemplation aussi consciente qu’a
été l’élaboration même de œuvre.

Le Sophrologue ne peut qu’engager à une attitude de contemplation
consciente, centrée sur le ressenti émotionnel et pas sur
l’intellectualisation.

Mais il reste formidable de pouvoir constater que les pratiquants ont
travaillé avec des concepts importants tels que le lien entre chaque
chose : l’interdépendance.

L’impermanence aussi, l’attention profonde et le chemin qui mène au ressenti de Soi.

Aussi, le désir égotique de la continuité d’exister de l’individu malgré
l’impermanence même de sa nature, et l’évolution de la perception par la
pratique de l’effort de conscience pleine de Soi.

Un grand merci à Mme Clotilde Boitel, directrice de l’école d’art du
Beauvaisis, et à M Frédéric Poisson, Président de l’association des amis
de l’école. Sans qui cela n’aurait pas été possible, sans qui le stage
de fin d’étude n’aurait pas eu lieu, sans qui un questionnement
demeurerait en suspend. « Comment la Sophrologie peut-elle libérer la
création consciente ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *